Bêta-testeur, nos anges gardiens du numérique

Bêta-testeur, nos anges gardiens du numérique

Il ne faut pas imaginer que c’est un testeur stupide, bien au contraire

Un bon bêta-testeur doit être curieux, imaginatif, logique, ordonné et rigoureux.

Le beta testeur, traqueur de bugs a la responsabilité de tester une application, un jeu vidéo, un logiciel, un site internet avant son déploiement ou sa commercialisation.

Cela peut être un informaticien mais aussi un utilisateur qui a la maitrise des processus de son métier. Sa mission est d’identifier des erreurs dans l’exécution des programmes informatiques et de savoir les reproduire. Pour les développeurs il est indispensable de savoir comment réitérer le bug pour le corriger.

Le Zéro Bug n’existe pas mais …

En 30 ans d’expériences dans l’informatique je n’ai jamais vu un logiciel sans bug mais c’est avec une bonne collaboration entre les équipes développeurs, testeurs et utilisateurs que l’on s’assure d’un programme de qualité.

Il n’y a pas encore de diplôme de bêta-testeur en France mais dans notre univers numérique ou pour la fermeture d’une fenêtre un programme informatique devient nécessaire, ce métier, ce rôle pourrait avoir de l’avenir.

Ne pas confondre Crash-Test et Bêta-Test !

Dans un projet informatique il est essentiel de ne pas sous-estimer la phase de test.

Une application qui ne serait pas suffisamment testée va boguer, se planter mais peut aussi avoir des failles de sécurité avec des pertes de données ou des accès inappropriés.

La qualité d’un logiciel se mesure par la pertinence de ses fonctionnalités, sa performance, son ergonomie mais aussi la capacité de son éditeur à disposer d’une application fiable et de sa réactivité en cas de découverte de nouveaux bugs après sa commercialisation.

 

Franck Hissbach pour le Journal du Palais du 11 juin 2018